Mes Peintures 

" En pensant à ce que je sens comme créatrice, artiste, j'ai eu des gens dans mon entourage qui me considère comme telle (folle). Les souffrances multiples, la douleur qui engendre des monstres de beauté, de laideur, la main qui est dirigée par le trait du coeur, le blanc de la toile sur laquelle tout se passe. Quand Séraphine a peint les petites lumières des fleurs, elle les a vues comme telles. Dans le Cri de Munch il a surement crié toute sa douleur. La folie raisonnable a engendré des chefs d'oeuvres mais il y aussi le hasard, le tout qui les entoure et la force du trait vient surement du coeur.